Les parents terribles

Juin 1996 - Pièce de Jean Cocteau - Les pâles qui tombent

La pièce se déroule dans un appartement que ses occupants, doux rêveurs à cent lieues de la réalité, ont surnommé « La Roulotte ». Ce lieu clos où les portes claquent est à leur image puisque le maître-mot y est « désordre », partie intégrante du décor. Yvonne partage son existence entre Georges, son mari, un inventeur qui eût pu être génial, Léonie, sa soeur, que chacun appelle Léo, et Michel, son fils. C'est en fonction de ce dernier à qui elle voue une passion exclusive qu'elle oriente ses moindres faits et gestes. Si Léonie vit avec le couple, c'est parce que jadis, elle et Georges se sont aimés, mais il lui a préféré Yvonne. Elle a été assez héroïque et bête pour le laisser partir, mais trop amoureuse pour le quitter tout à fait. Elle a même consacré à la famille sa fortune personnelle. Par son ordre et sa raison, Léo est le pilier de la maisonnée.

Mise en scène :

Stéphanie Claveau

Distribution :

Sylvain Augagneur - Véronique Boutonnier - Emilie Constensoux - Jean Guillaume Piccinali - Karine Ranveau